Cette profession est encore nouvelle en France.
Leur silence est seulement interrompu par les cris qui émanent à loccasion des salles voisines.
«Lentretien dembauche sert aussi à tester la capacité du candidat à se faire respecter et à gérer limprévu reconnaît Maxime Biewers.du rangement de la salle au débriefing de fin, la rigueur est en effet indispensable pour assurer le bon déroulement des parties.Des profils artistiques, au lancement de leurs établissements, les premiers gérants descape game ont eux-mêmes dû se familiariser avec un processus de recrutement loin dêtre instinctif : quel diplôme préfigure dun bon maître du jeu?Participez à des événements artistiques et culturels partout en France.Léquipe, passée de cinq à vingt-cinq membres depuis 2014, recrute aujourdhui sur des facteurs plus «professionnalisants», comme la maîtrise de langlais, selon lautre cofondateur, Maxime Biewers.Leur formation initiale ne leur fournit en revanche aucune ressource contre un écueil potentiel : la lassitude.



Anne, passée par des études dans lécriture audiovisuelle, côtoie au"dien Richard, qui envisageait un temps de devenir professeur des écoles, et Arnaud, ancien étudiant en gestion des entreprises et des administrations.
Mais qui sont les maîtres du jeu qui animent laventure?
La game master, qui a depuis longtemps abandonné ses notes manuscrites des débuts, sinvestit en revanche toujours autant pendant les parties, tour à tour désespérée quand un groupe «tourne en rond» à 30 minutes de la fin et soulagée quand un joueur résout tout.
Avec limplantation en France des jeux dévasion grandeur nature, leur métier se démocratise.
Même constat pour Céline Bouquillon, cogérante de Prizoners : «Au lancement, nous avons recruté des gens issus du théâtre.Quentin Hugon / Le Monde, par Alexis Orsini, factuel.«Nous ne regardons pas vraiment les diplômes ni les expériences passées : le plus important, cest le relationnel souligne-t-il.Alexis Orsini La suite est réservée aux abonnés.Des dimensionality reduction python horaires décalés qui constituent, de laveu général, la plus grosse contrainte du métier, même sils sont nombreux à rappeler quils en avaient conscience au moment my little pony code cadeau de signer leur contrat.«En soirée, quand je dis que je suis maître du jeu dans un escape game, les gens ont toujours la même réaction : ils me demandent ce que cest», samuse Thomas, 26 ans, en poste chez Prizoners depuis un an et demi.Guider les équipes de joueurs qui tentent de sortir en moins de 60 minutes dune salle à thème (une rame de métro, un salon japonais.) remplie dénigmes.Contrairement à une idée reçue, on trouve très peu de «geeks» dans les équipes.Thomas affirme ne jamais y penser : «Je nai pas le temps de mennuyer, puisquà côté des sessions, je contribue à lécriture des scénarios de Prizoners et à lélaboration de nouvelles salles.».