Un tiers du cheptel total est concerné en 2009, dont 70 du cheptel français 125.
33-37 ( lire en ligne ) Jean-Léo Dugast, «Cheval percheron : Objectif loisir!
Le Percheron est touché par la myopathie à stockage de polysaccharides, une maladie génétique dominante des muscles 129.Un certain nombre de chevaux concours d as élevés en dehors du berceau de race sont cadeau original pour fille de 11 ans destinés uniquement à la boucherie, et non-inscrits au stud-book.En 1801, la souche percheronne est presque anéantie à la suite des conséquences de la Révolution française et des guerres napoléoniennes, mais les haras sont rétablis sous le Premier Empire, la sélection des chevaux est remise en valeur.En France, un centre équestre en a fait sa spécialité à Moutiers-au-Perche.



Les cuisses, larges, sont musclées et plus longues que chez les autres chevaux de trait.
A b et c Lizet 1989,. .
( isbn et ) Jean Gombart, Le cheval de trait Percheron, 1989, Maîtrise de Géographie Economique, Paris Sorbonne sous la direction du Professeur Paul Claval.
Aux États-Unis et au Royaume-Uni modifier modifier le code Percherons dans un élevage à Pleasant Hill, dans le Kentucky.A et b Alain Roger et Jean-Claude Beaune, Maîtres et protecteurs de la nature, coll.Dunham et importent des étalons reproducteurs français.A b c et d Migeon 2010,. .Il tracte toutes sortes de véhicules hippomobiles.Il inspire des dessinateurs, des graveurs, des sculpteurs et des peintres, parmi lesquels Rosa Bonheur, qui réalise Le Marché aux chevaux en, et Théodore Géricault, auteur d'une étude de Percheron monté par un enfant 178.Le registre américain permet aussi l'enregistrement de chevaux rouans, bais et alezans 123.«Dossier de presse Mondial du cheval Percheron», sur Société hippique percheronne de France (consulté le 3 septembre 2011).L'impression de «noblesse» dégagée par le Percheron est à l'origine de son succès mondial 119, sa «beauté» en rapport avec d'autres races de trait est souvent évoquée, tout comme code promo amazon gps la finesse de ses crins et l'absence (ou la rareté) de ses fanons 120.